Mes Parfums d'Antan

On dit que changer de parfum, c'est comme changer de personnalité. Décider d'être une autre personne. On ne diffuse plus, autour de soi, le même message, la même aura. Dis moi quel parfum tu portes, et je te dirai qui tu es, affirme-t-on. 

Certaines personnes vont jusqu'à penser que changer souvent de parfum trahit le fait que l'on ne s'est pas trouvé, que l'on n'a pas encore découvert qui l'on était au fond de soi. Qu'on n'a pas une personnalité affirmée. Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation pour deux raisons majeures. 

La première, c'est que, sur le long terme, la personnalité d'une personne évolue. C'est inévitable, ne serait-ce qu'en raison de l'influence qu'exercent sur nous le contact avec les diverses personnes que l'on rencontre au fil du temps, avec les livres que l'on lit, les découvertes que l'on fait, les voyages que l'on entreprend...

La seconde, c'est parce qu'on ne se réveille pas chaque matin de la même humeur. Parfois on est fatigué, d'autres fois on se sent dynamique, ou alors (plus ou moins hem hem...) sportive... Il arrive que l'on soit un jour plus porté vers le calme, voire la méditation... Un autre jour, on a envie de bouger, de faire plein de choses, et il existe un type de parfum pour chaque humeur, chaque occasion. 

On ne se verrait pas porter un parfum capiteux le jour où l'on se présente sur un court de tennis, par exemple (ce que je ne fais pas, n'ayant jamais tenu une raquette de ma vie). Un parfum frais semble alors plus approprié. 

Il me semble qu'un parfum ne fait que refléter qui l'on est à un instant "t" de notre vie. Cet instant de vie peut durer quelques années, quelques mois, un seul jour, une minute... Une éternité...

Cependant, il est vrai qu'un parfum reflète ce que l'on est au fond de soi, et la personalité que l'on a, dans la mesure où il y a des senteurs vers lesquelles on se sent immédiatement attirés, et d'autres que l'on ne peut pas supporter. 

Désolée pour celles qui adorent Angel, mais je ne peux supporter ce parfum. Je crois que c'est un parfum qu'on adore ou qu'on déteste. Je déteste. Ce parfum entêtant, à l'odeur tellement synthétique, cette fragrance sucrée, presque écoeurante, me donne littéralement la nausée. Je sens les femmes qui le portent alors qu'elles se trouvent encore à plus de cinq mètres de moi... Bref, merci de ne pas m'approcher si vous portez Angel. 


Il parait que j'avais un arrière grand père, ou alors arrière arrière grand père, je ne sais plus, parfumeur. Mon intérêt pour les parfums vient peut être de là. 

Les parfums, j'aime bien sûr les porter, mais j'aime aussi surtout les tester. Un peu comme les oenologues qui aiment goûter les meilleurs vins, sans pour autant en boire des litres. Je peux rester des heures (enfin, j'exagère un peu, comme d'habitude) dans une parfumerie à respirer les senteurs délicieuses s'échappant des flacons, à vaporiser toute sortes de parfums et eaux de toilette sur les petites bandes de carton, que je garde ensuite au lieu de les jeter, à essayer sur un petit bout de main, de bras, ou derrière l'oreille, telle ou telle composition, au grand désespoir des vendeuses qui me surveillent du coin de l'oeil, car je finis toujours par passer à la caisse les mains vides. 

Ca devient de plus en plus difficile de faire ça, du moins dans certaines parfumeries où l'on ne met plus systématiquement, voire plus du tout, les testeurs à la disposition des clientes. C'est ce qui vient d'arriver dans le "Boots" de ma ville. 

Ca se comprend tout à fait, car des clientes comme moi qui abusent et viennent juste pour s'asperger de Chanel n°5 (et pas l'eau de toilette, non, ni même l'eau de parfum, mais carrément le parfum, tant qu'à faire...) j'espère pour les vendeuses qu'elles n'en ont pas trop des comme moi dans la journée, car à leur place j'aurais moi aussi envie de les mettre poliment à la porte. On ne m'a jamais mise à la porte nulle part, mais une fois, dans une parfumerie parisienne, on m'a fait poliment sentir (sans mauvais jeux de mot) qu'il était temps que j'arrête...

Personnellement, j'aime particulièrement les parfums profonds, chauds, mais j'aime aussi de temps en temps les parfums frais et plus floraux. 


Il y a des femmes qui ont découvert, un jour de leur vie, un parfum, et qui ne l'ont plus jamais quitté. Elle n'en ont porté qu'un seul leur vie durant. Je n'ai pas porté, durant ma vie, qu'un seul parfum. Faut-il pour autant en conclure que je me cherchais ? Je ne pense pas. 

J'ai commencé, adolescente, par porter Anaïs Anaïs de Cacharel (1978), mais ça n'a pas duré longtemps. 




J'ai ensuite adopté L'Air du Temps de Nina Ricci, un classique de 1948, dans son magnifique et élégant flacon à l'oiseau. Le premier flacon que j'ai eu de ce parfum, on me l'a offert. J'ai ensuite porté ce parfum de très nombreuses années, car une de mes vieilles tantes me l'offrait régulièrement. Je ne me rappelle plus de son odeur. 




Suite à une visite au musée des Arts d'Afrique et d'Océanie dans les années 90, je me suis mise à rêver d'îles lointaines du Pacifique, de senteurs exotiques, et c'est alors que j'ai découvert, lorsqu'il a été lancé en 1999, Aqua Allegoria de Guerlain, version Ylang Vanille. 




Ce parfum était un délice. Certains parfums vanillés sont vulgaires, ils "cocottent" comme on dit, car la vanille est soit synthétique, soit de mauvaise qualité. Ce parfum était tout en subtilité, tout en finesse et délicatesse, avec malgré tout des notes chaudes et puissantes. 
Il est resté un parfum exquis jusqu'au jour où ils ont changé la formule, le transformant en un parfum plus banal. Je ne crois pas me tromper en disant qu'ils ont changé la formule : soudain, il ne sentait plus autant l'Ylang ni la vanille. Les clientes ont peut être trouvé qu'il sentait trop fort, que l'odeur était trop prononcée. Fort heureusement, je me suis rendue compte de la modification avant de renouveler mon stock et j'ai immédiatement décidé d'arrêter de le porter. Il sentait toujours bon, la nouvelle odeur n'était pas désagréable, loin de là (c'est Guerlain, tout de même...) mais il ne correspondait plus à ce que je connaissais, à ce que j'aimais et qui me représentait.

J'avais l'habitude d'une senteur exceptionnelle, et ce n'était plus cette senteur. Et il me faut bien reconnaître que ce jour là, j'ai eu l'impression qu'on m'avait volé, arraché même, une partie de moi-même. Je ne pouvais plus être celle que j'avais choisi d'être, puisqu'on avait modifié à mon insu la formule du parfum que je portais. J'étais désemparée. Je n'aurais jamais cru que cela puisse me toucher à ce point !

J'ai alors commencé à fabriquer mon propre parfum à base de certaines huiles essentielles, ce que je fais toujours lorsque je ne porte pas mon nouveau parfum, cité plus haut : Chanel n°5 (créé en 1921), que je trouve magique et enivrant. J'aimerais pouvoir porter le parfum lui-même, mais le prix élevé m'a toujours fait hésiter, même si je sais qu'un flacon durera des années. Alors je me rabats sur l'eau de toilette, ce qui est déjà très bien.




Or, je viens d'apprendre qu'une récente loi de la Commission Européenne a interdit, ou vise à interdire (je ne sais pas si la loi est passée) certaines substances dans les parfums, car elles seraient allergènes. Certains parfumeurs, et Chanel semble concerné, sont et seront donc obligés de revoir leurs formules. 

Je ne sais pas si c'est la raison pour laquelle Guy Laroche a modifié la formule de son mythique parfum Fidji, dont la nouvelle formule ne satisfait plus les clientes (et clients car apparemment certains hommes le portaient aussi) de longue date (on peut lire leurs échanges sur les forums à ce propos) qui affirment avec une pointe de nostalgie, ou carrément du désespoir, que l'ancienne formule, surtout celle du parfum, sentait si bon que c'était à "se rouler par terre", je cite. 

Comme je regrette maintenant de n'avoir jamais essayé l'ancien Fidji ! Il me tentait lorsque j'étais ado, notamment à cause de la publicité que je trouvais très belle (c'est le but de la publicité de donner envie d'acheter, après tout...), et puis "La femme est un île, Fidji est son parfum", c'est joli, non ? mais son prix était complètement hors de ma portée. Je ne me suis donc jamais préoccupée d'aller le tester. 



J'en cherche aujourd'hui un vieux flacon encore plein sur Internet, afin de connaître cette ancienne odeur apparemment si bouleversante, mais les prix des flacons vintage frisent parfois l'hystérie. A moins que je n'accepte de casser ma tirelire, ce qui serait de la folie pure (d'autant qu'on ne sait jamais, même avec ces marques de prestige, si le parfum s'est réellement bien conservé), il semble donc que jamais je ne connaîtrai le bonheur de respirer (plus que de porter, car quand on a la chance de posséder un flacon ancien de parfum, on n'a pas envie d'y toucher, juste de l'admirer) l'ancien Fidji de Guy Laroche. 

Vont-ils devoir changer la formule du n°5 de Chanel ? Vais-je être à nouveau obligée de changer de parfum ? Et que porter, désormais ? 

Si la formule du n°5 de Chanel change (quel sacrilège d'oser toucher au n°5 !!) et si la nouvelle formule ne me convient plus, je vais devoir me mettre en quête d'un nouveau parfum ou, si j'ai du mal à trouver quelque chose que j'aime, reprendre mes compositions "maison". 
J'irai sans doute respirer un parfum de Coty, ou alors Shalimar de Guerlain... Opium d'Yves St Laurent... On verra bien. 

Questions existentielles de première importance, vous en conviendrez, cependant, ne vous moquez pas trop car même si le monde d'aujourd'hui a d'autres préoccupations, bien plus graves de surcroît, la question de savoir quel parfum porter devrait tout de même retenir un minimum d'attention. On nous parle sans arrêt de bien-être, et on oublie que le parfum joue un rôle important dans cette sensation de bien être.

Et si c'était vrai, finalement, que lorsqu'on change de parfum, on change un peu à l'intérieur de soi-même ? Je ne dois pas avoir envie de me changer moi-même en ce moment, car j'espère vraiment pouvoir continuer encore longtemps, très longtemps, à utiliser mon n°5 de Chanel. 

Ce n'est pas une obligation de porter du parfum, évidemment, et de plus personne ne me force à porter ces parfums si onéreux ! C'est marrant d'ailleurs que je mette un point d'honneur à porter des parfums si chers, car je suis en réalité une personne très simple, qui ne fait pas de chichis, et pas sophistiquée dans mon apparence physique. Je m'habille très simplement (j'aime bien me tenir au courant des dernières tendances de la mode mais je me fiche complètement de la suivre), je ne porte quasiment pas de maquillage (dans la vie de tous les jours, je ne parle pas des grandes occasions), à part du mascara, et parfois un peu d'eye liner. Je ne ressemble donc en rien aux mannequins et autres célébrités qui prêtent leur image pour les publicités des parfums de renom. Cependant, j'ai ces deux passions : les bijoux (ceux en or, ou alors les bijoux indiens en argent, mais également les bijoux faits d'ambre) et les parfums de grande marque et hors de prix. 

Ce que je recherche, ce n'est bien sûr pas la frime de dire qu'on dépense des fortunes pour l'achat d'un parfum, je ne m'intéresse pas au fric, mais c'est la qualité. La très, très grande qualité. Le top niveau. Il n'est pas encore né, celui qui me verra acheter une bouteille de ceci ou cela dans un Monop. Je dois être un peu snob, quand même... Et malheureusement, la qualité, ça coûte très cher...

Je m'intéresse également de plus en plus à l'histoire du parfum. Il va falloir que je consacre un peu de temps de lecture à la question. Je sais que les Egyptiens anciens brûlaient des résines, des plantes aromatiques ou des fleurs en l'honneur des Dieux, mais à part Cléopâtre, je ne sais pas si les autres femmes de l'Egypte antique avaient l'habitude de se parfumer. J'adorerais avoir la possibilité de sentir ce qu'elles portaient à cette époque, mais aussi, on s'en doute, tester tous les anciens parfums créés au fil des époques. 

Je trouve également certains flacons magnifiques. Le parfum, c'est un tout. Presque un art de vivre. 

Quant aux publicités, il faut qu'elles soient splendides, elles aussi, sinon elles ne sont pas à la hauteur du produit qu'elles vantent. Haute parfumerie égal haute publicité. 


21 février 2017





Mise à jour de juin 2017


L'autre jour, je twittais ceci: 


Alors, comme j'étais dévastée (bon, j'exaggère un peu, comme d'hab...) à l'idée de voir le niveau de parfum diminuer dans le flacon... euh... j'en ai acheté un autre... et puis un autre encore...

"Panier percé", tel est désormais mon surnom. 😓

J'ai, pour l'instant du moins, totalement laissé tomber mon N°5 de Chanel, alors que je l'aimais tellement. C'est vous dire le petit bijou qu'est l'ancien Fidji... 

Chanel N°5 est plus "chic", je dirai, tandis que Fidji est plus profond, plus sensuel, plus oriental avec ses notes épicées. Sublime...

Voici mes flacons de Fidji. Je ne suis pas une photographe pro, et mon matériel est basique, mais j'ai fait de mon mieux.


Vous remarquerez que tous les parfums n'ont pas exactement la même couleur. La senteur peut également être légèrement différente, dépendant de l'état de conservation. 
Deux d'entre eux avaient encore leur boîte d'origine (le must) et les trois autres sont arrivés sans leur boîte. 
Le deuxième flacon en partant de la gauche, je l'ai acheté déjà entamé, quasiment tel que vous le voyez. Le contenu n'a diminué que d'un millimètre ou deux depuis que je l'ai. Ce parfum est tellement populaire et recherché que les clientes n'hésitent pas à acheter des bouteilles que les premières propriétaires ont déjà utilisées. 
La bouteille des années 70 (2ème en partant de la droite) a un drôle de système de vaporisation : normalement, un vaporisateur, ça fait pchiiit une fois, et puis ça s'arrête même si on laisse le doigt sur le bouton, eh bien là ça continue à vaporiser jusqu'à ce que vous relâchiez la pression. Je me suis faite avoir à la première utilisation, du coup je me suis abondamment aspergée, pas pour me déplaire, mais faut quand même que je fasse attention à économiser ce précieux trésor...  


Tenez, en parlant de flacon et de petits bijoux, j'ai trouvé ça sur le web: 



Alors là, si ce n'est pas un flacon de Lalique, je ne sais vraiment pas ce que c'est... 
Magnifique, n'est-ce pas ?

Posté dans la catégorie