08/06/2009

« Ethique et société » par Sa Sainteté le Dalaï Lama

Pour les personnes qui n’ont pu être présentes en cette après-midi du 7 juin 2009 au Palais Omnisport Paris Bercy, voici un compte rendu de la conférence de Sa Sainteté Le Dalaï Lama, dont le thème était « Ethique et société »


 La grande salle du POPB se remplit peu à peu, jusqu’à devenir pleine à craquer. Environ une heure avant l’arrivée du Dalaï Lama, un film est projeté sur l’écran placé au dessus de l’estrade. Il rend compte de visites en France du Chef spirituel du bouddhisme tibétain, et montre également des extraits de certaines de ses conférences. Elles ont parfois eu lieu en plein air, comme ce fut le cas dans la ville de Plouray en Bretagne, dans de très grandes salles ou parfois des salles plus restreintes devant un parterre de représentants des différentes religions, venus l’écouter et promouvoir le dialogue et l’harmonie entre toutes les religions.
 
A 14 heures, le Dalaï Lama, accompagné du moine bouddhiste Matthieu Ricard, qui assurera comme à l’accoutumée la traduction, et de Robert Badinter, monte sur l’estrade. La salle entière se lève et l’accueille dans un silence total, impressionnant et infiniment respectueux. Le Dalaï Lama salue le public et l’engage d’un geste de la main à se rasseoir.
 
Robert Badinter ouvre la conférence par un très beau discours introductif, qui fera la part belle à la situation actuelle au Tibet et qui sera très applaudi. Il quitte la salle après avoir reçu l’écharpe blanche autour de son cou.
 
Comme toujours, le Dalaï Lama amènera progressivement son auditoire au coeur même du sujet qu’il veut traiter, ponctuant parfois son discours d’exemples concrets puisés dans ses observations et expériences personnelles.
 
 
L’humanité, commence-t-il, a connu jusqu’à présent un grand développement matériel. Mais ce progrès matériel ne peut à lui seul assurer un état de bonheur. De nombreuses personnes qui possèdent des fortunes sont en fait accablées par le stress et l’anxiété. Le développement matériel accroît le confort physique, mais pas la paix intérieure de l’esprit.
 
Or, nous possédons tous en nous le potentiel nécessaire pour développer les valeurs humaines. Des études scientifiques montrent également que l’état mental de la future mère influe sur celui du bébé à naître. Il est donc primordial d’entourer l’enfant d’affection et d’amour, car le fait que nous puissions nous sentir concernés par le sort des autres nous vient à la naissance.
 
L’éthique est liée à l’amour altruiste, à la bonté, à la compassion et la bienveillance envers autrui.
 

Nous pouvons avoir plusieurs conceptions de l’éthique :
 
- Pour certains, elle est obligatoirement fondée sur la foi religieuse.
 
- Pour d’autres, dont le Dalaï Lama précise qu’il fait partie, elle n’est pas nécessairement fondée sur une foi religieuse. En effet, l’amour altruiste, la bienveillance et la compassion s’observent également chez beaucoup d’animaux quand ils s’occupent de leur progéniture. L’éthique n’est donc pas forcément religieuse, en revanche elle est universelle.
 
Il s’agit donc de cultiver l’amour altruiste, et le sentiment de responsabilité universelle. Les bienfaits à en retirer nous concernent aussi, et cela va même au delà de la paix intérieure de l’esprit : des scientifiques ont montré que la haine, la colère, la peur, l’hostilité, le sentiment d’insécurité, le rejet ont des effets néfastes sur notre santé en affaiblissant le système immunitaire. Au contraire, ressentir de la compassion, de la bienveillance, être altruiste et avoir bon coeur renforcent notre système immunitaire.
 
Le Dalaï Lama fait alors une parenthèse pour parler de l’idée de beauté extérieure et de beauté intérieure, en donnant l’exemple des femmes qui attachent une trop grande importance aux cosmétiques (que cherchons-nous à cacher, en effet ?) et des hommes trop soucieux de montrer leur force, privilégiant eux aussi l’aspect extérieur sur la beauté intérieure, que nous ne devons pas oublier, car c’est elle la plus importante. La vraie beauté intérieure vient de l’altruisme.
 
Si nous souhaitons vivre dans une société plus humaine et plus stable, alors l’éthique de la compassion est indispensable.
 
 
Il y a trois moyens d’acquérir cette éthique :
 
1) Dans le cadre de la foi religieuse des religions monothéistes, où Dieu est considéré non seulement comme le Créateur mais aussi comme amour infini. Plus on a confiance dans ce Dieu défini comme amour infini et plus on se sent concerné par le bien être d’autrui.
 
2) L’approche du bouddhisme et de certaines religions de l’Inde est basée sur les lois de cause à effet. Ainsi, si nous faisons du tort à autrui, cela rejaillira sur notre propre existence également.
 
3) L’approche laïque, l’éthique séculière, fait appel au bon sens et part de l’idée que tous les êtres humains aspirent au bonheur. Il faut absolument promouvoir les valeurs humaines. L’altruisme devrait d’ailleurs faire partie des cursus scolaires. On devrait enseigner également aux enfants comment résoudre un conflit avec le dialogue. Il est donc important que les enseignants, depuis les plus petites classes jusqu’à l’université, montrent de la bienveillance à l’égard de leurs élèves et qu’ils conservent à l’esprit l’idée de la responsabilité qu’ils ont sur leur vie.
 
 
Lors de cette conférence, le Dalaï Lama précisera deux points concernant la religion et la laïcité.
 
- Le message originel de toutes les religions est basé sur l’amour et la compassion. Ce message a cependant été déformé par des institutions religieuses dans un but de pouvoir.
 
- La laïcité ne doit pas signifier le rejet de la religion.
 
 
Et puisque personne, dans le fond, ne recherche la souffrance et que nous aspirons tous au bonheur, alors nous devons aussi montrer de la bienveillance et de la compassion envers ceux qui nous traitent mal, et pas seulement envers ceux qui nous traitent bien. Ainsi, nous nous montrerons impartial.
 
Construire une société compatissante, oui, mais comment puis-je parvenir, moi, à y contribuer ?
La seule manière d’y parvenir, c’est de commencer par soi même. En modifiant son attitude, en cultivant la compassion, l’amour altruiste, la bienveillance, en développant nos qualités humaines dont le Dalaï Lama insistera sur le fait qu’elles nous sont naturelles, alors nous nous modifions intérieurement et serons ensuite comme le galet que l’on jette dans l’étang, et qui commence par produire de petites vaguelettes qui, peu à peu, se transforment en vagues toujours plus grandes.
 
Pour finir, Le Dalaï Lama nous encourage à essayer de cultiver cette compassion, de faire cette expérience.
 
 
A la fin d’une conférence dont le film a montré un extrait, le Dalaï Lama s’adressait avec humour à son auditoire et concluait en disant : " Mais ce ne sont que des suggestions."
 
A nous maintenant, en effet, d’en faire ce que nous voulons...
 
 
Chine et Tibet.
 
Le Dalaï Lama semble plus que jamais préoccupé par la situation au Tibet, où les répressions sont de plus en plus dures pour les Tibétains. La situation est très grave. Il s’adresse à la communauté internationale pour encourager les gens à voyager au Tibet, pour voir de leurs yeux ce qui s’y passe. Les dirigeants chinois affirmant que tout va bien là-bas, alors logiquement ils ne devraient pas empêcher les gens de s’y rendre...
 
Le Dalaï Lama quitte la salle sous l’ovation du public, qu’il a remercié d’être venu si nombreux.
 
 
L’histoire, telle que l’étudieront les générations futures lorsque nous serons partis, retiendra sans aucun doute le Dalaï Lama, (considéré comme un bouddha vivant mais qui se définit lui même comme seulement "un être humain, accidentellement Tibétain devenu moine bouddhiste"), comme l’un des plus grands promoteurs de la paix et de la tolérance dans le monde.
 
Espérons que l’histoire n’enseignera pas non plus à nos descendants que le Dalaï Lama, dont nous avons la chance extraordinaire d’être les contemporains, qui aura remué sa vie durant ciel et terre pour faire enfin comprendre à la communauté internationale qu’elle a le pouvoir, contrairement au peuple tibétain opprimé, de faire pression sur le gouvernement chinois pour venir en aide au Tibet et sauver son peuple et sa culture, l’aura déployé tous ces efforts en vain.
 
L’histoire telle que la liront les générations futures est en train de se faire en ce moment même, il ne tient qu’à nous de comprendre enfin qu’elle ne s’écrit pas toute seule, c’est nous qui l’écrivons, et si nous le voulons, nous pouvons la modifier pour lui faire prendre la bonne direction.
 
 
(PS : merci à Matthieu Ricard pour la qualité de sa traduction.)
P.-S.




8 juin 2009