C’est parti pour les télescopes Herschel et Planck !

Nouveau tir réussi d’Ariane 5 qui a mis en orbite le 14 mai 2009 les deux télescopes spatiaux Herschel et Planck, depuis la base de Kourou en Guyane.



Le tir. 
Une fois n’est pas coutume, c’est en plein jour, jeudi 14 mai 2009, que le lanceur Ariane 5 a décollé du Centre Spatial de Kourou en Guyane pour mettre en orbite les deux télescopes spatiaux Herschel et Planck, totalisant une masse d’un peu plus de six tonnes.
Les images d’un lanceur (ou d’une navette américaine) qui décolle sont toujours impressionnantes à regarder. Après l’allumage du moteur Vulcain, Ariane (dont la version 5 est le seul lanceur actuellement sur le marché capable d’emporter deux satellites à la fois) est lancée. La charge est libérée de la coiffe dans la demi-heure qui suit.
Dans le cas du tir du 14 mai, c’est Herschel qui a été libéré en premier, suivi de Planck, deux minutes et trente secondes plus tard. Une fois déposés sur leur orbite de transfert, ils continueront ensuite leur fantastique voyage tout seuls, grâce au moteur personnel dont ils sont équipés. Leur destination définitive, qu’ils mettront plusieurs semaines à atteindre, se situe à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Ils doivent se stabiliser, dans la direction diamétralement opposée au soleil, à un endroit nommé « point de Lagrange L2 » où les forces gravitationnelles du Soleil et de la Terre sont en équilibre, et où ils seront à l’abri des rayonnements terrestres, lunaires et solaires qui perturberaient leurs observations. Pas question pour eux de rater la délicate orbite sur laquelle ils doivent se placer !
Voir le graphique pour de plus amples explications ICI : 
Comme on le voit sur le graphique, la Terre se situera entre les deux satellites et le soleil. Herschel et Planck se mettront alors à tourner autour du soleil à la même vitesse que la Terre.
Herschel et Planck.
- Le télescope Herschel (du nom du physicien Friedrich Wilhelm Herschel (1738-1822) qui a découvert l’infrarouge en 1800, mais aussi la planète Uranus) a été construit par l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Il sera chargé d’observer les pouponnières d’étoiles, afin de percer le mystère de la naissance des étoiles qui s’y trouvent en gestation, mais aussi étudier la composition chimique de l’atmosphère et de la surface des comètes et des planètes, et étudier les galaxies lointaines et anciennes (formation et évolution).
Il captera les rayonnements infrarouges lointains émis par les grains de poussières qui composent, avec les gaz, les nuages au sein desquels se forment les astres. Il sera capable de regarder des zones situées des milliards d’années lumière ! Ses instruments ultra sensibles, qui étudieront des longueurs d’onde presque jamais observées jusqu’à présent, seront refroidis grâce à de l’hélium, à une température proche du zéro absolu, et ne seront pas perturbés par leur propre rayonnement.
Le miroir de 3,50 mètres fait d’Herschel le plus grand télescope spatial jamais construit. Il le restera jusqu’à l’arrivée du télescope spatial James Webb, en 2013. Herschel devrait rester en service durant au moins trois ans. Sa durée de vie dépendra de ses réserves en hélium. Le précédent satellite, ISO, lancé en novembre 1995 par une Ariane 4, a réussi à durer jusqu’en mai 1998, beaucoup plus longtemps que prévu.
- La mission Planck a été ainsi nommée en hommage au physicien Max Planck (1848-1947) qui obtint le prix Nobel de physique en 1918. Tel un cartographe, le satellite Planck, dont les instruments seront eux aussi refroidis, balayera l’intégralité de la voûte céleste pour analyser les traces, les vestiges de la première lumière émise après le Big Bang, le « rayonnement fossile », émis 380 000 ans après le Big Bang.
Planck effectuera de ce fait, grâce à des instruments lui permettant une incroyable précision, un véritable voyage dans le temps, vers les origines de l’univers. Parmi ces instruments, il y a un télescope dont le miroir fait 1,5 mètres de diamètre.
Les scientifiques espèrent que Planck aidera à mieux comprendre le Big Bang, la « date » où il a eu lieu et ce qui l’a déclenché, qu’il donnera des précisions sur l’expansion rapide de l’univers qui a suivi, et des informations au sujet de la nature de l’énergie noire et la matière noire. "Planck nous aidera sans doute à mieux comprendre pourquoi aujourd’hui, 13,8 milliards d’années après le Big Bang, l’expansion de l’Univers recommence à accélérer", annonce Georges Smooth, prix Nobel de physique en 2006.
Planck fournira des informations sur l’origine et l’évolution de l’univers, et donc aussi sur son avenir.
Après des années de travail, de mises au point et de tests finaux, Ariane a lancé le 14 mai 2009 deux satellites exceptionnels, Herschel et Planck, munis d’instruments révolutionnaires car d’une précision jamais atteinte auparavant. Cet ambitieux projet a coûté en tout 1,8 milliards d’euros, dont 130 millions pour le lancement lui-même, le 44ème d’Ariane 5, qui s’est, comme d’habitude, déroulé à la perfection.

Pour voir l’affiche de la mission dans sa taille réelle, cliquez ICI :


Pour en savoir plus :



(NB : Dans ces fiches, le lancement des satellites est annoncé pour avril 2009)