14/06/2019

Best of Détecteur de mensonges

Le Best Of du Détecteur de mensonges des enfants

Je viens de découvrir, grâce à des vidéos sur You Tube, cette chronique hilarante qui est passée à la télévision française il y a quelques années, et que je ne connaissais pas du tout. 

Le principe : "Détective Benoît", un faux flic dans un faux commissariat, accompagné de la "Fée Vérité", reçoit des gamins de quatre à six ans, et les passe au "détecteur de mensonges", une machine démoniaque composée d'une passoire lunimeuse et sonore reliée par un fil électrique à un tableau de commande et (pauvres gosses ha ha !) parvient à leur faire avaler les pires mensonges, les affirmations ou contre vérités les plus absurdes (une saucisse, ça pousse dans un arbre, une carotte, c'est bleu...). Il parvient même à faire douter un petit garçon de lui-même, le gamin finissant par se demander s'il ne serait pas, par hazard, une fille ! 

Au delà du comique de l'émission, si l'on regarde plus au niveau psychologique, cela pose la question de la confiance aveugle que les plus jeunes enfants ont envers les adultes (le "truc" commence à nettement moins bien marcher à partir de l'âge de six ans, visiblement), et pour certaines situations, je me suis demandé si les très jeunes enfants font vraiment la différence avec ce qu'ils croient être vrai, et la vérité elle même (par exemple ce petit garçon de cinq ans convaincu qu'il a déjà conduit des TGV).

Je trouve vraiment super la façon dont Benoît Chaigneau entre dans l'univers imaginaire des gamins, et aussi je dois dire que j'admire sa capacité à garder son sérieux devant les réponses parfois plus que cocasses... 

Je me suis bien marrée en regardant plusieurs vidéos de cette émission, dont je partage ici avec plaisir quelques uns des meilleurs moments.



















Posté dans la catégorie

06/06/2019

Forever grateful...































Je me suis rendue trois fois dans ma vie sur les plages du débarquement (et ai visité tout ce qu'il y avait à visiter dans la région, jusqu'au plus petit des musées) et, chaque fois, j'ai été frappée de voir à quel point on continue de ressentir avec une force incroyable, mêmes sur les plages où ne se trouve aucun vestige, le souvenir des événements tragiques, mais aussi tellement glorieux, qui se sont produits le 6 juin 1944. On a l'impression que le passé est toujours là, presque palpable, comme si le débarquement avait eu lieu la veille. Comme si des milliers de fantômes continuaient de hanter les lieux. Ces plages aujourd'hui si paisibles ont conservé intacte la mémoire de l'histoire. A nous de continuer à la faire vivre, et ne jamais oublier ce qu'il s'est passé, ni ceux qui se sont sacrifiés. C'est aussi à eux que nous devons notre liberté.









5 juin 2019. Celebrations du 75e anniversaire du D Day. Portsmouth, GB. (Capture d'écran internet)

6 juin 2019. Cérémonie de commémoration au cimetière américain de Coleville. (Capture d'écran Internet)




François Mitterrand et Helmut Kohl. 1984.



Pour aller plus loin...





15/05/2019

(Eh oui, j'adore) Faut-il donner la palme à Alain Delon ?


Au fait, Alain Delon est-il acteur, ou comédien ? Je viens de voir qu'il préfère se définir comme acteur, il l'explique très bien dans ses interviews, alors comme je m'étais trompée et avais écrit comédien, j'ai tout changé. L'erreur est réparée. 
Entrons maintenant dans le vif du sujet...

08/05/2019

Quelques petites fleurs de printemps

Contrairement à ce que certaines personnes pensent, il peut faire beau en Grande Bretagne, voire très beau. Le ciel peut même, à l'occasion, être d'un bleu méditerranéen. Si si...
Mais en ce moment, il fait un temps de cochon. Il pleut depuis deux jours. 

Ayant fait une pause ce matin pour regarder, sur TV5Monde (que les expats en GB reçoivent désormais gratuitement sur Internet -merci TV5Monde), la retransmission des commémorations du 8 mai 45, j'ai bien vu qu'à Paris, ce n'était pas mieux. Pire même. Un vrai déluge !

J'ai trouvé franchement marrante la tête d'Emmanuel Macron lorsqu'il est sorti de sa voiture. Visiblement, il aurait préféré y rester bien au chaud, ce qui se comprend parfaitement. C'était discret, juste une moue un peu ronchonne, un petit air de penser : "non mais quelle galère, ce temps !" et ça n'a évidemment pas échappé au commentateur qui a fait remarquer son visage pas très souriant. Je voudrais l'y voir, celui là !  ;-) Ca ne doit pas être marrant tous les jours d'être Président de la République. Il faut savoir rester Président par tous les temps. 

Je suis une vraie éponge. Je n'absorbe pas seulement la pluie, que je déteste, mais tous les types de temps, et je rends ce que j'ai absorbé sous forme de bonne humeur ou mauvaise humeur. Mon humeur dépend du niveau d'ensoleillement, comme tout le monde vous allez me dire. 

A Paris, il fait donc aussi moche qu'ici en ce moment. Ca peut vous sembler pas très original, voire totalement inintéressant, de parler du temps, le beau et le mauvais, mais si c'est le cas, c'est, je pense, parce que vous sous-estimez totalement l'influence du temps sur le moral des troupes. Le temps, c'est très important. D'ailleurs, les Anglais adorent parler du temps. 

Nous sommes, nous les humains, comme les végétaux et les animaux, partie intégrante de la nature, même si on l'oublie un peu trop souvent. Les caprices du temps ont donc une influence directe sur nous, nos comportements, notre état d'esprit. J'en suis persuadée.

Ca me fait penser qu'il ne reste plus beaucoup d'anciens combattants de la seconde guerre mondiale. C'est toujours très émouvant de voir ces personnes très âgées, ces témoins de l'histoire, dans leur chaise roulante, certes, mais toujours bien là, parmi nous. Je me souviens de l'émotion que j'ai ressentie lorsque j'ai rencontré, ici en Angleterre, un vétéran du D Day. Il est décédé, depuis. Encore un témoin qui s'en est allé...
Il ne reste déjà plus personne pouvant témoigner de la première guerre mondiale. Une fois qu'ils seront tous partis, ceux de la deuxième, je me demande si les commémorations de ces deux guerres vont être célébrées encore longtemps. La France commémore toujours le 11 novembre et le 8 mai, mais il est intéressant de noter qu'aucune de ces dates n'est un jour férié au Royaume Uni. Ca ne veut pas dire qu'il n'y a pas des commémorations, cependant. 

Le commentateur a eu raison de dire que le discours de Lucie Aubrac chez Bernard Pivot devrait être diffusé dans les établissements scolaires. Le passage qu'ils ont diffusé est en effet un exemple dont chacun de nous devrait s'inspirer. J'ai essayé de le retrouver sur Internet, mais je ne l'ai trouvé que sur une vidéo de l'INA dont seul un extrait est en accès libre. Si on veut voir la totalité, il faut payer. 
Alors là, je trouve cela incroyable qu'il faille payer pour avoir accès non seulement à notre culture (la culture ça devrait être gratuit, et je suis sûre que ce n'est pas Jack Lang -que j'adore- qui me contredirait, si ?) mais en plus payer pour pouvoir écouter le discours d'une femme qui s'est montrée, n'ayons pas peur des mots, héroïque, à une époque où l'on risquait sa vie si l'on ne faisait que transporter un message, un simple petit bout de papier. 

Il parait que les Allemands ne veulent toujours pas commémorer la fin de la guerre. Ils devraient le faire parce qu'après tout, leur pays aussi a été libéré, délivré. Délivré d'un régime totalitaire, raciste et sanguinaire mis en place par un malade mental, un fou qui a été massivement suivi malgré tout par la population (aveuglement ? adhésion totale et massive ? lavage de cerveau ? probablement tout cela à la fois). Ils devraient donc être contents de célébrer la fin de ce cauchemar, même si c'est quand même eux qui l'ont provoqué, cet enfer. Au lieu de cela, il parait qu'ils ne souhaitent pas célébrer la fin de la guerre parce qu'ils ne veulent pas célébrer leur défaite.  A croire qu'ils ne l'ont toujours pas digérée... Qu'ils ont toujours les boules de ne pas avoir gagné cette guerre... C'est plutôt inquiétant, je trouve ! Après tout, hitler n'avait pas digéré la défaite de la première guerre mondiale, et il n'avait qu'une envie, prendre sa revanche. Evidemment, l'Allemagne d'aujourd'hui a changé, et la construction européenne nous a rapprochés de ce pays, mais je suis sûre qu'ici et là, il doit y avoir des gens pas très dénazifiés qui rêvent de remettre le couvert pour prendre leur revanche... et parce que le racisme et la xénophobie sont en augmentation un peu partout en Europe, il est plus important que jamais de continuer le travail qui a été entrepris, au lieu de vouloir le saboter, et défendre l'Union Européenne, continuer à y croire, la réformer parce qu'elle en a besoin, et aller de l'avant. Construire, jamais détruire. Parce qu'une fois qu'on a tout détruit, il reste quoi, hein ? Je vous le donne en mille : des ruines. Et qu'est-ce qu'on fait avec les ruines ? Ben il faut tout déblayer, et ensuite tout reconstruire. 
Ah c'est malin, tiens ! Autant pas tout détruire, ça ira plus vite et ça fera moins de dégâts, et au contraire adapter, changer, modifier, améliorer ce qui ne va pas. 

Il faut toujours voir l'avenir avec des yeux pleins d'espoir, une tête pleine de projets, et se montrer optimiste en toute circonstance. Pas facile, mais faisable quand même. Mais il semble que certaines têtes de pioches refusent encore de comprendre cela. Les gens qui ne sont pas capables de faire la part des choses, ne savent pas non plus faire des compromis, et qui veulent tout jeter en bloc parce qu'ils sont bornés et ne voient que le mauvais côté des choses (alors qu'il y a plein d'aspects très positifs dans l'UE, mais ils font exprès de refuser de les voir) eh bien ça m'énerve.

Bon, parlons un peu du beau temps !

Je suis une fan du printemps. Bien plus que de l'été. J'attends chaque année avec une immense impatience le moment où les premiers bourgeons, les premières fleurs, vont éclore. Une fois Noël passé, je me désintéresse totalement de l'hiver, et je me mets à compter les jours jusqu'en mars, voire plus, car la période que je préfère dans l'année, c'est mai et juin. Le printemps, c'est le moment où les couleurs éclatantes remplacent la grisaille. 

Alors l'autre jour, j'ai pris quelques photos de fleurs dans le jardin, parce qu'il faisait super beau et que j'aime beaucoup les fleurs, même si je préfère les grandes fleurs tropicales, celles qui diffusent des parfums forts mais tout de même délicats, aux petites fleurs très mignones mais qui ne sentent pas grand chose. 

Alors vu qu'il fait un temps de cochon en ce moment, et que visiblement ce n'est pas mieux en France (où alors est-ce seulement Paris ?), je partage avec vous ces quelques petites fleurs de printemps...

Faut pas me demander le nom de ces fleurs, à part celles du pommier, du poirier, la tulipe, et mes lys en pot, et je crois aussi celles du petit cerisier, représentées sur ces photos, je ne connais rien aux fleurs. Je me contente de les admirer et les sentir...

(Ps: cliquez sur les photos si vous souhaitez les agrandir)











 Ma première fleur de lys fait son apparition dans le pot...



 









Ce sont plutôt des couleurs automnales, je sais.
















8 mai 2019
Posté dans la catégorie