Wari, Mediterraneo, Star Parade et bien d'autres...

Je salue rapidement dans ce court article la grande qualité de la chaîne TV5Monde, une chaîne sans publicités (ça fait du bien...) dont les programmes sont, dans la grande majorité des cas, choisis avec soin. Une qualité parfois comparable, selon moi, à celle d'Arte que je ne peux malheureusement plus regarder.

On envisage peut-être de se faire poser un satellite pour recevoir la télévision française, et là nous aurions toutes les chaînes de l'hexagone, mais c'est tout de même dommage de payer pour ne finalement regarder qu'un petit nombre de programmes : premièrement je vais radoter en répétant pour la millionnième fois que je n'ai pas le temps, ni de regarder la télé, ni pour bien d'autres choses, j'écris de plus en plus rarement dans ce blog et j'ai complètement mis de côté pour l'instant l'écriture de mon second roman (mais ça ne me dérange pas parce que je n'ai de toute façon pas envie d'écrire en ce moment) et deuxièmenent les programmes ne sont pas tous d'excellente qualité. Pour le peu de temps dont je dispose, la sélection proposée par TV5Monde est largement suffisante. Ne pas oublier non plus que je ne regarde pas que cette chaîne, certaines chaînes britanniques offrant aussi d'excellents programmes.

Mais le matin, avant de me mettre au boulot, puisque je "télétravaille" comme on dit de nos jours, j'aime bien consacrer un peu de temps à regarder quelques émissions. 

Tout d'abord, tôt le matin, il y a le journal canadien. Il démarre à 7 heures, heure de la GB, mais j'en rate environs le tiers, ou les deux tiers selons les jours, pour cause de préparation matinale et de petit déjeuner. C'est ainsi que j'apprends plein de choses très intéressantes sur la vie au Canada, surtout au Canada francophone. Le Canada semble un peu en froid avec les Américains en ce moment au sujet du bois de construction. Difficile de tout suivre et de tout comprendre quand on rate la moitié du journal, mais je crois qu'il s'agit de concurrence entre le bois canadien et le bois américain (surtout celui en provenance de l'Orégon). Beaucoup de reportages sur les demandes d'asile de réfugiés également. Ce matin, il a été annoncé (le journal est en fait celui de la veille au soir) que les citoyens mexicains n'auront plus besoin de visa pour se rendre au Canada, ce qui va augmenter les demandes d'asile. Les Canadiens ne sont apparemment pas très chauds pour accorder l'asile aux citoyens du Mexique car, en dépit de la violence, ils considèrent ce pays comme sûr, ce que démentent les Mexicains. Une demande sur dix seulemment est acceptée.

Parfois je fais du zapping entre le journal canadien, lorsque le reportage m'intéresse moins, et la BBC1 et son journal du matin.

Puis il y a le journal international, présenté par différentes personnes selon les jours. 

Suivent différents programmes. Je les regarde... quand j'ai le temps bien sûr !

TV5Monde ayant des horaires différents selon les pays, ici le programme est :

Lundi, c'est Afrique Presse, un programme de très bonne qualité mais que je regarde très peu car il s'agit de débats de fond sur des sujets politiques que je ne maîtrise pas du tout, et sur des gens (par exemple des leaders de l'opposition dans tel ou tel pays) dont je n'ai jamais entendu parler. Je devrais le regarder plus souvent pour améliorer ma culture, d'autant que les deux présentateurs (qui alternent) et les invités sont tous excellents et super intéressants, mais je n'ai jamais beaucoup aimé les débats, je dois l'avouer. J'ai besoin de plus d'images d'extérieur, des reportages. En plus c'est vraiment totalement politique comme émission, et vous le savez si vous me connaissez, moi et la politique...

Mardi, c'est Maghreb Orient Express, une émission culturelle sur les arts et artistes des pays du Maghreb et du Moyen Orient. Mohamed Kaci, le journaliste qui présente cette émission, est lui aussi excellent et je regarde avec plaisir, car ça me fait découvrir des artistes, musiciens, écrivains, etc... et d'autres personnalités du monde culturel dont je n'avais parfois (enfin, disons le clairement, la plupart du temps) jamais entendu parler.

Mercredi c'est Wari, l'émission sur l'économie de l'Afrique. Je trouve cette émission passionnante. D'abord, ce ne sont que des reportages, et ensuite, on voit à quel point les initiatives sont nombreuses et variées, et ce à tous les niveaux, pour contribuer au développement des pays de ce continent. On parle des problèmes, des obstacles à surmonter, mais on parle aussi des réussites, du développement très rapide dans certains pays, et des partenaires économiques qui épaulent les projets. Je trouve que les gens sont très efficaces en Afrique, ils connaissent super bien le terrain, ils connaissent également parfaitement les problématiques et les besoins, ainsi que les moyens de résoudre les problèmes lorsqu'il y en a. J'apprends beaucoup grâce à cette émission.

Jeudi, alors là c'est ma préférée. Je conseille à toutes et tous, où que vous soyez, y compris en France si vous avez TV5Monde avec vos horaires, de regarder Mediterraneo. J'aime tout dans cette émission, même les génériques de début et de fin. D'excellents reportages concernant la vie culturelle et la vie quotidienne des habitants de tous les pays mediterranéens, sud de la France y compris. Un magnifique voyage hebdomadaire à la rencontre de gens formidables, de paysages magnifiques, de vestiges culturels majesteux, et d'autres cultures en général. Cette émission là, j'essaye de ne jamais la rater, et je dois dire que si le travail ne me laisse pas le temps de regarder un peu la télé le matin, je zapperai toutes les émissions de la semaine sauf celle là.

Le vendredi... alors là je vais être moins tendre. J'ai beaucoup aimé Star Parade, le "tour d'Afrique en musique", lorsque j'ai commencé à regarder cette émission, parce que je la découvrais, mais lorsqu'on la regarde régulièrement, on finit par se rendre compte d'un manque total de diversité dans le choix des vidéos et des genres musicaux. C'est toujours les mêmes trucs qui reviennent, et je me demande si ça ne correspond pas tout simplement aux goûts personnels du présentateur Boncana Maïga, qui est, apparemment, passionné par la musique congolaise, ça tombe mal parce que c'est justement ce que j'aime le moins (et ça a toujours été le cas en ce qui me concerne) dans toute la riche et large panoplie des musiques africaines. Je m'excuse auprès des Congolais si certains venaient à lire cet article, j'espère ne blesser personne, mais le fait est qu'on ne peut malheureusement pas tout aimer. Mes goûts musicaux personnels ne correspondent visiblement pas, mais alors pas du tout, à ceux du Maestro, comme l'aiment à l'appeler ses invités. Lui est très sympa par contre, c'est juste son style de musique qui clashe avec le mien. 
J'aime bien écouter un peu de musique congolaise, j'ai entendu des trucs sympas, un peu ça va, mais je trouve que c'est toujours pareil, un peu comme le coupé décalé qui est sympa, mais ça va à petite dose, là aussi. Du coup, vu qu'il est passionné par le Congo, et cela est d'ailleurs souvent rappelé dans l'émission, il inonde Star Parade de tubes congolais à la qualité parfois très inégale, certaines semaines il n'y a même que des artistes congolais ou presque, et non seulement je n'ai pas beaucoup d'affinités avec le style congolais, mais en plus les vidéos qu'ils font pour accompagner les morceaux... hem, hem... à revoir de fond en comble. 
Parfois ses choix musicaux se portent également sur des morceaux mélangeant rythmes africains et rap. Bon, c'est pas trop mon truc mais j'écoute par curiosité, parce qu'il ne faut pas non plus se fermer comme une huitre, j'aime découvrir de nouveaux genres et il peut y avoir du bon dans ceux là. Là au moins ça a le mérite de me surprendre et me faire découvrir quelque chose de différent, même si au bout du compte je n'aime pas trop, ou pas du tout.
Ce manque de diversité dans cette émission m'agace de plus en plus. Le "Tour d'Afrique en musique" se limite avec lui au Congo, chaque semaine vous aurez votre dose massive de musique congolaise, que ça vous plaise ou non (en tout cas, lui se fait plaisir...), au Cameroun... puis viennent loin derrière la Guinée, le Sénégal, parfois le Mali ou le Nigeria... mais ça reste toujours dans le même périmètre géographique et jamais il ne va faire découvrir au téléspectateur des musiques du Mozambique, par exemple, ou de l'Angola (j'ai écouté des trucs formidables de ces deux pays), ou je sais pas, moi, du cap Vert, du Kenya, de l'Ethiopie, de l'Afrique du Sud... avec lui, le tour d'Afrique est un tour très restreint. 
J'ai regardé ce matin, et à part la chanteuse sénégalaise Maréma (et c'était une rediffusion, il avait déjà passé ce clip il y a quelques mois) qui a chanté un truc sympa, je n'ai pas aimé du tout, du tout, le programme proposé. Jusqu'à présent je continuais à regarder parce que j'avais peur de rater justement l'artiste que j'allais aimer, le nouvel artiste que j'allais découvrir, et c'est vrai que j'ai découvert quelques artistes vraiment intéressants grâce à son émission, mais si je fais le bilan, voilà peut-être, très certainement même, une émission de TV5Monde que je vais définitivement zapper. C'est dommage, surtout pour une personne comme moi qui suis depuis de très nombreuses années (au moins 25 ans) passionnée par les musiques africaines. Mais sa sélection manque cruellement de diversité et parfois il diffuse également des trucs de mauvaise qualité, c'est dur de l'admettre, mais malheureusement il faut bien le dire et le reconnaître. Ce matin, par exemple, ce fut le cas. 

En dehors de ces émissions, TV5Monde diffuse d'excellent films, j'aime surtout les classiques français, en couleur ou noir et blanc (qui passent tôt dans la soirée, pas le genre "Cinéma de Minuit" si vous voyez ce que je veux dire...), je ne regarde jamais les séries qu'ils proposent donc je ne peux donner mon avis, et on regarde quelque fois les films quand on le peut (avec les sous titres pour aider mon mari pas encore bilingue), je ne sais pas si ces sous titres sont fournis par la chaîne TV5Monde elle-même ou par notre Skybox TV, mais parfois ils s'affichent en plein milieu de l'écran, du coup on ne voit plus l'image et j'ai envie de dire "euh... ton père était verrier ?" truc qui ne veut absolument rien dire du tout, mais que certaines personnes disent quand quelqu'un se plante devant le poste de télévision et empêchent les autres de regarder.

De plus, comme je le disais plus haut, une chaîne de télévision sans publicité, ça fait du bieeeeen... Pas de pub non plus à la BBC, par contre c'est horrible sur les autres chaînes d'avoir toutes les dix minutes le film ou l'émission coupée par une avalanche de publicités. 

C'est marrant comme je peux détester la pub, et en même temps adorer regarder sur YouTube de vieilles pubs, on en trouve pas mal qui datent des années 50 à 80 et bien sûr au delà, mais ça, ce sera l'objet d'un prochain article sur ce blog.

Quand j'aurai le temps, bien évidemment...


23 Juin 2017.

Bienvenue à bord !

Mesdames, Messieurs, bienvenue à bord du vol LM-7ID à destination de votre destination. Vous n'êtes pas sans savoir que prendre l'avion reste, de nos jours, une pratique assez inhabituelle et intimidante, et que l'espace disponible pour chaque voyageur, à bord de nos appareils, est, malheureusement, des plus réduits.

Il nous sera par conséquent impossible de vous garantir que votre expérience avec notre compagnie sera du plus haut niveau. Néanmoins, nous ferons notre possible pour assurer votre confort et votre bien être, minimiser les inconvénients que vous allez forcément rencontrer durant le vol, et répondre à toutes vos questions et demandes.

Quelques passagers ont eu la gentillesse de nous rapporter, avec la plus grande bienveillance, les incidents auxquels ils ont été confrontés lors de leur précédent vol. Par souci d'honnêteté envers notre clientèle, nous vous rapportons les faits qui nous ont été signalés.

Tout d'abord, le manque de place à bord de nos appareils. Il semblerait en effet que trop de sièges équipent les différentes zones de nos avions, en particulier en classe économique. Les passagers se sentent donc “serrés comme des sardines en boîte”, selon l'expression même de l'un de nos passagers.

Voyez ici, à bord de l'un de nos 747, en classe économie :

On nous a également signalé la malpolitesse de certains membres de l'équipage, qui se sont montré trop peu souriants et avenants durant le vol, en dépit des efforts effectués par les passagers eux-mêmes pour les dérider :

La nourriture servie à bord n'a pas non plus apporté entière satisfaction à notre clientèle, le pain manquant en effet dans les repas frugaux que nous avons servis :

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour ce désagrément.

L'un de nos passagers a même dû faire remarquer à l'hôtesse, sous le regard hilare de son épouse qui, fort heureusement, a pris la situation avec humour, qu'elle l'avait trop peu servi et qu'il désirait un petit supplément de nourriture.

Certains enfants se sont ennuyés au point que nous avons chargé nos hôtesses de leur tenir compagnie tout en leur offrant une leçon de géographie.

Le Commandant de Bord lui même s'est prêté à l'exercice. Ici, nous le voyons donner à un petit garçon des précisions sur la trajectoire du vol :

Ce fut également le cas de la fillette de ce couple de vacanciers, que nous avons réussi à occuper en lui offrant gracieusement un jeu de dames.

Nous regrettons sincèrement de pas avoir su ni pu vous offrir de meilleures prestations en matière de service à la clientèle et d'attention portée à chacune et chacun, et nous nous excusons auprès des passagers lésés sur ce vol, ainsi que de tous les passagers de notre compagnie aérienne. Nous assumerons entièrement nos responsabilités. Personne ne devrait être traité de la sorte !

Cependant, nous remercions infiniment les passagers d'avoir fait preuve de la plus courtoise compréhension à notre égard en applaudissant chaleureusement une fois l'atterrissage effectué : nos passagers sont en effet conscients que cette phase du vol est la plus délicate et dangereuse !

En espérant avoir le plaisir de vous accueillir, malgré tout, de nouveau sur nos lignes, et en vous renouvelant nos sincères et profondes excuses, nous vous souhaitons un excellent séjour sur votre lieu de villégiature.




Bienvenue à bord du vol 7AC en direction de Bakou. Chez Minimumair, vous obtenez ce pour quoi vous avez payé ! Le traitement que nous offrons à nos passagers fait notre immense fierté !

"Vous aurez remarqué que le temps est un peu capricieux aujourd’hui et que le vent est contre nous. Nous allons donc effectuer un décollage raide et assez délicat. Tenez-vous à votre siège, c’est vendredi soir et je dois aller à un mariage."(1)

Certains passagers ayant vraiment abusé de notre hospitalité dans le passé, nous avons été contraints de durcir notre règlement. Voici donc, résumé pour vous, le règlement de bord, que vous êtes priés de respecter à la lettre, sous peine de sanction immédiate :

Nous sommes fiers de posséder des avions dans lesquels nous transportons un maximum de passagers. Cette performance est possible en profitant du moindre espace disponible pour rajouter des rangées de sièges supplémentaires. Il vous est donc demandé de ne pas tenter de façon égoïste, comme le font avec obstination certains passagers, d'allonger vos jambes pour (soi disant...) les détendre et "empêcher les problèmes circulatoires", ce qui pourrait incommoder votre voisin immédiat, placé dans le siège situé juste devant votre visage. N'oubliez pas qu'il a, comme vous, plus de dix heures à passer à bord de cet appareil !

Nous envisageons même d'éliminer purement et simplement tout siège dans l'avion, afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier d'un vol bon marché.

Nous précisons que le visionnage du film mis à votre disposition est payant, et que ce film est choisi au hasard par le personnel de notre compagnie. Il ne sert donc à rien de vous plaindre si ce film est dans une langue qui vous est étrangère, où si le thème n'est pas à votre goût ! Vous vous croyez où ? Au cinéma peut-être ?

Il vous appartient de trouver par vos propres moyens un compartiment pour y déposer vos bagages à main. Les hôtesses, lorsqu'il y en a à bord, ne sont nullement habilitées à vous fournir un espace de stockage. De même, détenir un billet ne vous donne pas droit à disposer automatiquement d'un compartiment à bagage. Nous appliquons la vieille règle, bien normale, du "premier arrivé, premier servi".

Les passagers qui n'auront pas éteint leur téléphone portable durant le vol verront leur équipement immédiatement confisqué par le personnel de bord. Inutile de chercher à négocier avec l'hôtesse, elle ne vous répondra pas. Toutefois, nous souhaitons faire preuve de compréhension : l'usage de votre appareil étant indispensable à votre équilibre psychologique, nous accepterons de vous le restituer après l'atterrissage, contre paiement d'une amende forfaitaire de...

Nous sommes heureux de vous offrir, sans supplément de prix (contrairement aux pratiques de certaines compagnies aériennes douteuses...), un plateau repas où vous trouverez même les produits de vos marques préférées.
En fonction de nos vols et de leur durée moyenne, vous avez le choix entre :
Ca...

Ca...

Ou encore, sur les vols longs courriers, ça...

Ce type de plateaux, offrant un repas complet et équilibré, est réservé aux passagers de première classe.

Vous avez déjà compris qu'il faut s'acquitter d'un supplément pour l'enregistrement de vos bagages, pour pouvoir placer vos sacs à main dans le compartiment situé au dessus de votre siège, pour pouvoir utiliser le matériel vidéo, et pour vos boissons “extra”, c'est à dire non comprises dans votre repas.
Nous tenons à vous signaler que dorénavant, en raison de la quantité excessive de papier toilette utilisé par notre aimable clientèle, nous nous voyons dans l'obligation de vous demander une participation de... chaque fois que vous ferez usage de notre WC à bord de cet avion. Nous vous recommandons toutefois d'apporter votre propre papier toilette, la compagnie ne pouvant garantir un stock suffisant pour toute la durée du vol.

Une pelle et une balayette sont mises à disposition des passagers désirant nettoyer les miettes et autres détritus laissés sur le sol par le voyageur ayant précédemment occupé la place. Le personnel de notre compagnie n'est en effet pas tenu de nettoyer l'avion après un vol. Nous vous prions de bien vouloir les remettre sur leur socle mural après les avoir utilisées, un voyageur s'étant récemment plaint de ne pas parvenir à les retrouver.

Au cas où votre ceinture de sécurité ne fonctionnerait pas, nous vous remercions de bien vouloir appeler un membre de l'équipage, s'il est disponible et est prêt à vous aider, et non de chercher à la réparer vous même ! Merci !!

Enfin, la compagnie se réserve le droit de demander à un ou plusieurs passagers, pour toute raison qu'elle jugera valable, notamment en raison de surbooking, une pratique tout à fait normale et habituelle, de renoncer à son vol, et descendre de l'avion afin de prendre un quelconque vol suivant. Le fait de se trouver en possession d'un billet, dûment payé, pour le vol initial ne pourra être considéré comme un droit à voyager sur ce vol.
Tout passager qui refusera de se plier volontairement à cette exigence légitime de notre compagnie sera bien entendu évacué par nos agents de sécurité, par la force s'il le faut.


En vous souhaitant, une fois encore, un excellent voyage en notre compagnie, et en espérant vous revoir très bientôt sur nos lignes régulières.



12 avril 2017 



Consulter : http://www.airlinequality.com/ pour lire les appréciations de passagers sur la qualité (parfois désastreuse) de leur vol. Notre "règlement", quoique parodié, en est souvent inspiré.

Source des photos :

25 Vintage Photos From The Glory Days Of Aviation

23 vintage photos from the glory days of aviation








Les deux dernières illustrations sont des captures d'écran de la vidéo sur ce lien :

Tous mes articles Agoravox

Retrouvez bientôt sur ce blog tous les articles que j'ai publiés depuis 2009 sur Agoravox. Ca va me prendre un peu de temps, mais ils seront, un par un, transférés ici depuis ma clé USB avec toutes leurs photos. 

Certaines photos, cependant, vont peut-être manquer à l'appel. J'avais autrefois un autre blog, ouvert sur l'hébergeur Ifrance, mais cet hébergeur n'existe plus. Officiellement depuis 2013, mais je n'arrivais déjà plus à accéder à mon espace gratuit, il fallait passer en premium. J'en ai ensuite ouvert un nouveau sur l'hébergeur Overblog, mais un jour, Overblog a purement et simplement effacé ce blog, qui n'est donc plus accessible. Je n'y allais plus du tout, c'est vrai, mais j'y conservais plusieurs pages contenant des photos, par exemple celles illustrant l'article rédigé en 2011 sur le quartier de La Défense. 

Les liens mis dans les articles en question, qui renvoyaient vers les pages contenant ces photos, sont donc brisés. C'est un peu embêtant car j'avais, notamment, des photos prises dans le quartier des Groues à Nanterre, auxquelles je tenais. J'y tenais car ce quartier est en pleine restructuration, et je crois qu'il a déjà beaucoup changé depuis 2011, et qu'il va encore changer. Pour l'instant, je ne retrouve plus ces photos, qui doivent pourtant être sauvegardées quelque part sur une autre clé USB ou un disque dur externe, puisque je les ai transférées un jour sur Internet.

Nous avons tous des choses à améliorer. En ce qui me concerne, une des choses qu'il faut que change, c'est mon côté désordonné. Je finis toujours par m'y retrouver dans mon désordre, donc ce n'est pas handicapant, mais j'admire vraiment les personnes ordonnées, qui classent correctement et de façon régulière les choses, qui savent immédiatement où aller retrouver un papier, un document...

Je ne crois pas qu'on puisse dire "à mon âge, je ne changerai plus". Je pense qu'on peut changer à tous les âges, ou en tout cas, si vraiment on a pris un mauvais pli, s'améliorer. C'est comme apprendre, on apprend toute sa vie, même s'il est vrai que nos neurones ne sont plus aussi performants après un certain âge. 

J'aime beaucoup photographier, à Paris ou ailleurs, les quartiers dont je sais qu'ils vont être transformés. J'aime bien conserver la mémoire des lieux. C'est pourquoi j'aime tout particulièrement regarder de vieilles photos de Paris et, si le nom de la rue est indiqué, explorer ensuite Google Map pour voir à quoi le quartier, ou la rue, ressemble de nos jours. Le "avant/après" est parfois saisissant !

J'avais ainsi photographié le quartier de la Goutte d'Or il y a très longtemps, avant que certains immeubles ne soient remplacés par d'autres. J'avais également photographié le quartier de la Moskova, lorsqu'il a été annoncé qu'il serait bouleversé. Je n'y suis pas retournée depuis mais je crois qu'il est très différent de nos jours.

Tout ça pour dire que je vais transférer ici, petit à petit, mes articles publiés sur Agoravox. Bien entendu, je conserverai les dates de publication d'origine. 

J'ai hâte de voir (enfin !) ce blog au complet. 
Posté dans la catégorie

Mes Parfums d'Antan

On dit que changer de parfum, c'est comme changer de personnalité. Décider d'être une autre personne. On ne diffuse plus, autour de soi, le même message, la même aura. Dis moi quel parfum tu portes, et je te dirai qui tu es, affirme-t-on. 

Certaines personnes vont jusqu'à penser que changer souvent de parfum trahit le fait que l'on ne s'est pas trouvé, que l'on n'a pas encore découvert qui l'on était au fond de soi. Qu'on n'a pas une personnalité affirmée. Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation pour deux raisons majeures. 

La première, c'est que, sur le long terme, la personnalité d'une personne évolue. C'est inévitable, ne serait-ce qu'en raison de l'influence qu'exercent sur nous le contact avec les diverses personnes que l'on rencontre au fil du temps, avec les livres que l'on lit, les découvertes que l'on fait, les voyages que l'on entreprend...

La seconde, c'est parce qu'on ne se réveille pas chaque matin de la même humeur. Parfois on est fatigué, d'autres fois on se sent dynamique, ou alors (plus ou moins hem hem...) sportive... Il arrive que l'on soit un jour plus porté vers le calme, voire la méditation... Un autre jour, on a envie de bouger, de faire plein de choses, et il existe un type de parfum pour chaque humeur, chaque occasion. 

On ne se verrait pas porter un parfum capiteux le jour où l'on se présente sur un court de tennis, par exemple (ce que je ne fais pas, n'ayant jamais tenu une raquette de ma vie). Un parfum frais semble alors plus approprié. 

Il me semble qu'un parfum ne fait que refléter qui l'on est à un instant "t" de notre vie. Cet instant de vie peut durer quelques années, quelques mois, un seul jour, une minute... Une éternité...

Cependant, il est vrai qu'un parfum reflète ce que l'on est au fond de soi, et la personalité que l'on a, dans la mesure où il y a des senteurs vers lesquelles on se sent immédiatement attirés, et d'autres que l'on ne peut pas supporter. 

Désolée pour celles qui adorent Angel, mais je ne peux supporter ce parfum. Je crois que c'est un parfum qu'on adore ou qu'on déteste. Je déteste. Ce parfum entêtant, à l'odeur tellement synthétique, cette fragrance sucrée, presque écoeurante, me donne littéralement la nausée. Je sens les femmes qui le portent alors qu'elles se trouvent encore à plus de cinq mètres de moi... Bref, merci de ne pas m'approcher si vous portez Angel. 


Il parait que j'avais un arrière grand père, ou alors arrière arrière grand père, je ne sais plus, parfumeur. Mon intérêt pour les parfums vient peut être de là. 

Les parfums, j'aime bien sûr les porter, mais j'aime aussi surtout les tester. Un peu comme les oenologues qui aiment goûter les meilleurs vins, sans pour autant en boire des litres. Je peux rester des heures (enfin, j'exagère un peu, comme d'habitude) dans une parfumerie à respirer les senteurs délicieuses s'échappant des flacons, à vaporiser toute sortes de parfums et eaux de toilette sur les petites bandes de carton, que je garde ensuite au lieu de les jeter, à essayer sur un petit bout de main, de bras, ou derrière l'oreille, telle ou telle composition, au grand désespoir des vendeuses qui me surveillent du coin de l'oeil, car je finis toujours par passer à la caisse les mains vides. 

Ca devient de plus en plus difficile de faire ça, du moins dans certaines parfumeries où l'on ne met plus systématiquement, voire plus du tout, les testeurs à la disposition des clientes. C'est ce qui vient d'arriver dans le "Boots" de ma ville. 

Ca se comprend tout à fait, car des clientes comme moi qui abusent et viennent juste pour s'asperger de Chanel n°5 (et pas l'eau de toilette, non, ni même l'eau de parfum, mais carrément le parfum, tant qu'à faire...) j'espère pour les vendeuses qu'elles n'en ont pas trop des comme moi dans la journée, car à leur place j'aurais moi aussi envie de les mettre poliment à la porte. On ne m'a jamais mise à la porte nulle part, mais une fois, dans une parfumerie parisienne, on m'a fait poliment sentir (sans mauvais jeux de mot) qu'il était temps que j'arrête...

Personnellement, j'aime particulièrement les parfums profonds, chauds, mais j'aime aussi de temps en temps les parfums frais et plus floraux. 


Il y a des femmes qui ont découvert, un jour de leur vie, un parfum, et qui ne l'ont plus jamais quitté. Elle n'en ont porté qu'un seul leur vie durant. Je n'ai pas porté, durant ma vie, qu'un seul parfum. Faut-il pour autant en conclure que je me cherchais ? Je ne pense pas. 

J'ai commencé, adolescente, par porter Anaïs Anaïs de Cacharel (1978), mais ça n'a pas duré longtemps. 




J'ai ensuite adopté L'Air du Temps de Nina Ricci, un classique de 1948, dans son magnifique et élégant flacon à l'oiseau. Le premier flacon que j'ai eu de ce parfum, on me l'a offert. J'ai ensuite porté ce parfum de très nombreuses années, car une de mes vieilles tantes me l'offrait régulièrement. Je ne me rappelle plus de son odeur. 




Suite à une visite au musée des Arts d'Afrique et d'Océanie dans les années 90, je me suis mise à rêver d'îles lointaines du Pacifique, de senteurs exotiques, et c'est alors que j'ai découvert, lorsqu'il a été lancé en 1999, Aqua Allegoria de Guerlain, version Ylang Vanille. 




Ce parfum était un délice. Certains parfums vanillés sont vulgaires, ils "cocottent" comme on dit, car la vanille est soit synthétique, soit de mauvaise qualité. Ce parfum était tout en subtilité, tout en finesse et délicatesse, avec malgré tout des notes chaudes et puissantes. 
Il est resté un parfum exquis jusqu'au jour où ils ont changé la formule, le transformant en un parfum plus banal. Je ne crois pas me tromper en disant qu'ils ont changé la formule : soudain, il ne sentait plus autant l'Ylang ni la vanille. Les clientes ont peut être trouvé qu'il sentait trop fort, que l'odeur était trop prononcée. Fort heureusement, je me suis rendue compte de la modification avant de renouveler mon stock et j'ai immédiatement décidé d'arrêter de le porter. Il sentait toujours bon, la nouvelle odeur n'était pas désagréable, loin de là (c'est Guerlain, tout de même...) mais il ne correspondait plus à ce que je connaissais, à ce que j'aimais et qui me représentait.

J'avais l'habitude d'une senteur exceptionnelle, et ce n'était plus cette senteur. Et il me faut bien reconnaître que ce jour là, j'ai eu l'impression qu'on m'avait volé, arraché même, une partie de moi-même. Je ne pouvais plus être celle que j'avais choisi d'être, puisqu'on avait modifié à mon insu la formule du parfum que je portais. J'étais désemparée. Je n'aurais jamais cru que cela puisse me toucher à ce point !

J'ai alors commencé à fabriquer mon propre parfum à base de certaines huiles essentielles, ce que je fais toujours lorsque je ne porte pas mon nouveau parfum, cité plus haut : Chanel n°5 (créé en 1921), que je trouve magique et enivrant. J'aimerais pouvoir porter le parfum lui-même, mais le prix élevé m'a toujours fait hésiter, même si je sais qu'un flacon durera des années. Alors je me rabats sur l'eau de toilette, ce qui est déjà très bien.




Or, je viens d'apprendre qu'une récente loi de la Commission Européenne a interdit, ou vise à interdire (je ne sais pas si la loi est passée) certaines substances dans les parfums, car elles seraient allergènes. Certains parfumeurs, et Chanel semble concerné, sont et seront donc obligés de revoir leurs formules. 

Je ne sais pas si c'est la raison pour laquelle Guy Laroche a modifié la formule de son mythique parfum Fidji, dont la nouvelle formule ne satisfait plus les clientes (et clients car apparemment certains hommes le portaient aussi) de longue date (on peut lire leurs échanges sur les forums à ce propos) qui affirment avec une pointe de nostalgie, ou carrément du désespoir, que l'ancienne formule, surtout celle du parfum, sentait si bon que c'était à "se rouler par terre", je cite. 

Comme je regrette maintenant de n'avoir jamais essayé l'ancien Fidji ! Il me tentait lorsque j'étais ado, notamment à cause de la publicité que je trouvais très belle (c'est le but de la publicité de donner envie d'acheter, après tout...), et puis "La femme est un île, Fidji est son parfum", c'est joli, non ? mais son prix était complètement hors de ma portée. Je ne me suis donc jamais préoccupée d'aller le tester. 



J'en cherche aujourd'hui un vieux flacon encore plein sur Internet, afin de connaître cette ancienne odeur apparemment si bouleversante, mais les prix des flacons vintage frisent parfois l'hystérie. A moins que je n'accepte de casser ma tirelire, ce qui serait de la folie pure (d'autant qu'on ne sait jamais, même avec ces marques de prestige, si le parfum s'est réellement bien conservé), il semble donc que jamais je ne connaîtrai le bonheur de respirer (plus que de porter, car quand on a la chance de posséder un flacon ancien de parfum, on n'a pas envie d'y toucher, juste de l'admirer) l'ancien Fidji de Guy Laroche. 

Vont-ils devoir changer la formule du n°5 de Chanel ? Vais-je être à nouveau obligée de changer de parfum ? Et que porter, désormais ? 

Si la formule du n°5 de Chanel change (quel sacrilège d'oser toucher au n°5 !!) et si la nouvelle formule ne me convient plus, je vais devoir me mettre en quête d'un nouveau parfum ou, si j'ai du mal à trouver quelque chose que j'aime, reprendre mes compositions "maison". 
J'irai sans doute respirer un parfum de Coty, ou alors Shalimar de Guerlain... Opium d'Yves St Laurent... On verra bien. 

Questions existentielles de première importance, vous en conviendrez, cependant, ne vous moquez pas trop car même si le monde d'aujourd'hui a d'autres préoccupations, bien plus graves de surcroît, la question de savoir quel parfum porter devrait tout de même retenir un minimum d'attention. On nous parle sans arrêt de bien-être, et on oublie que le parfum joue un rôle important dans cette sensation de bien être.

Et si c'était vrai, finalement, que lorsqu'on change de parfum, on change un peu à l'intérieur de soi-même ? Je ne dois pas avoir envie de me changer moi-même en ce moment, car j'espère vraiment pouvoir continuer encore longtemps, très longtemps, à utiliser mon n°5 de Chanel. 

Ce n'est pas une obligation de porter du parfum, évidemment, et de plus personne ne me force à porter ces parfums si onéreux ! C'est marrant d'ailleurs que je mette un point d'honneur à porter des parfums si chers, car je suis en réalité une personne très simple, qui ne fait pas de chichis, et pas sophistiquée dans mon apparence physique. Je m'habille très simplement (j'aime bien me tenir au courant des dernières tendances de la mode mais je me fiche complètement de la suivre), je ne porte quasiment pas de maquillage (dans la vie de tous les jours, je ne parle pas des grandes occasions), à part du mascara, et parfois un peu d'eye liner. Je ne ressemble donc en rien aux mannequins et autres célébrités qui prêtent leur image pour les publicités des parfums de renom. Cependant, j'ai ces deux passions : les bijoux (ceux en or, ou alors les bijoux indiens en argent, mais également les bijoux faits d'ambre) et les parfums de grande marque et hors de prix. 

Ce que je recherche, ce n'est bien sûr pas la frime de dire qu'on dépense des fortunes pour l'achat d'un parfum, je ne m'intéresse pas au fric, mais c'est la qualité. La très, très grande qualité. Le top niveau. Il n'est pas encore né, celui qui me verra acheter une bouteille de ceci ou cela dans un Monop. Je dois être un peu snob, quand même... Et malheureusement, la qualité, ça coûte très cher...

Je m'intéresse également de plus en plus à l'histoire du parfum. Il va falloir que je consacre un peu de temps de lecture à la question. Je sais que les Egyptiens anciens brûlaient des résines, des plantes aromatiques ou des fleurs en l'honneur des Dieux, mais à part Cléopâtre, je ne sais pas si les autres femmes de l'Egypte antique avaient l'habitude de se parfumer. J'adorerais avoir la possibilité de sentir ce qu'elles portaient à cette époque, mais aussi, on s'en doute, tester tous les anciens parfums créés au fil des époques. 

Je trouve également certains flacons magnifiques. Le parfum, c'est un tout. Presque un art de vivre. 

Quant aux publicités, il faut qu'elles soient splendides, elles aussi, sinon elles ne sont pas à la hauteur du produit qu'elles vantent. Haute parfumerie égal haute publicité. 


21 février 2017





Mise à jour de juin 2017


L'autre jour, je twittais ceci: 


Alors, comme j'étais dévastée (bon, j'exaggère un peu, comme d'hab...) à l'idée de voir le niveau de parfum diminuer dans le flacon... euh... j'en ai acheté un autre... et puis un autre encore...

"Panier percé", tel est désormais mon surnom. 😓

J'ai, pour l'instant du moins, totalement laissé tomber mon N°5 de Chanel, alors que je l'aimais tellement. C'est vous dire le petit bijou qu'est l'ancien Fidji... 

Chanel N°5 est plus "chic", je dirai, tandis que Fidji est plus profond, plus sensuel, plus oriental avec ses notes épicées. Sublime...

Tenez, en parlant de flacon et de petits bijoux, j'ai trouvé ça sur le web: 



Alors là, si ce n'est pas un flacon de Lalique, je ne sais vraiment pas ce que c'est... 
Magnifique, n'est-ce pas ?

Posté dans la catégorie

Une pensée pour Théo

Cet article a été rédigé le 10 février 2017 et ne prend pas en compte les développements ultérieurs de l'affaire.

Tout le monde sait à peu près ce qu'il s'est passé, les gens ont tellement jasé sur le sujet : un jeune homme interpellé par la police lors d'une interpellation certainement très musclée, et qui termine avec une blessure si grave qu'il doit être envoyé à l'hôpital pour se faire opérer. J'ai appris les faits mercredi (c'est à dire il y a deux jours, puisque nous sommes vendredi), plusieurs jours après qu'ils aient eu lieu. 

Au delà de l'extrême gravité des faits, j'ai été épouvantée de voir que pour nombre de gens, ce qui importait était surtout de savoir si le policier l'avait fait exprès ou pas. Il y avait vraiment des messages scabreux, voire à la limite de la décence. Beaucoup de personnes cherchaient à excuser les policiers en essayant de prouver (sur la base de quoi, on se le demande. Sont-ils enquêteurs ?) qu'ils ne l'avaient pas fait exprès. 

Autrement dit, ils s'en fichaient comme de leur première chaussette que le jeune homme soit bel et bien à l'hôpital, blessé et traumatisé. Ainsi, si le policier ne l'avait pas fait exprès, tout allait bien, la police n'avait fait que son travail, alors de quoi le jeune homme se plaignait-il ? 
De toute façon, pour certaines personnes, Théo ne pouvait être sincère : le seul fait que le jeune homme vive dans le "neuf cube" (et sans doute qu'il soit noir, mais ça personne ne le dit ouvertement, il y a toujours cette hypocrisie du "moi chui pas raciste, c'est les autres") le rendait suspect. Un jeune Noir du 93, y'a forcément kekchoz de louche là dessous.

J'ai rapidement parcouru quelques articles écrits à la va-vite, pour exprimer l'émotion et l'indignation ressenties (ce qui en soi n'est pas condamnable, évidemment. On comprend parfaitement bien que des gens aient souhaité exprimer leur solidarité "à chaud"). Le problème, c'est que les auteurs de ces articles se substituaient aux enquêteurs en condamnant par principe la police. Théo avait été violé par la matraque d'un policier, cela ne pouvait faire aucun doute.

Et là où le problème est encore plus grave, c'est que tout ce beau monde, y compris les auteurs des articles que j'ai lus, ne semblait choqué que par le fait même que Théo ait subi un viol, pas du tout par le fait qu'au delà du caractère intentionnel ou non de l'acte, il ait bel et bien été envoyé à l'hosto. Je sais, je me répète. Ben comme ça, ce sera encore plus clair.

Bref, comme je l'ai dis plus haut, tout ce qui intéressait les gens, c'était de savoir si le policier l'avait, oui ou non, fait exprès.

Des interpellations très musclées, voire trop musclées, il y en a tous les jours en France, j'imagine, et personne ne semble s'en émouvoir. Ca ne dérange visiblement personne. Ca ne dérange personne non plus que les gens subissent des contrôles au faciès. On ne voit pas beaucoup d'articles s'indignant du fait que si on est "issu de l'immigration" Sub-Saharienne et Nord Africaine, on a beaucoup plus de chances (je ne connais pas les statistiques exactes) de se faire contrôler dans la rue que si on n'appartient pas à ces deux communautés. 

Je ne suis pas complètement idiote et je sais bien que les policiers ne font pas un travail facile, c'est même un travail très, très éprouvant. Il est un fait désormais avéré qu'ils ne peuvent plus se rendre dans certains endroits sans se trouver confronté à un charmant comité d'accueil qui leur balance des pierres, des cocktails molotov ou je ne sais quoi. Ce n'est pas normal du tout et je le sais bien.

Maintenant, la façon dont moi je vois la situation (je ne dis pas que ce que je vais exposer est entièrement juste, que c'est la vérité vraie, mais mes observations m'ont conduite à penser cela), c'est que : 

- d'un côté des mecs de banlieue (puique c'est d'eux dont il s'agit) qui pêtent un plomb, un vrai, tellement ils en ont ras le bol de se faire contrôler dès qu'ils osent montrer leur nez hors de chez eux, qui en ont marre de voir que certains policiers ne leur parlent pas toujours avec le même respect que lorsqu'ils s'adressent à une population de quartiers favorisés, certains policiers étant même franchement, et ouvertement, racistes, qui en ont marre de se voir répondre "Ooohhh ! Je suis teeeellement désolé, le poste est déjà pourvu" quand ils cherchent du boulot et donnent leur nom à consonnance Arabe ou Africaine, (si, si, la discrimination existe bel et bien, même si on refuse de l'admettre), qui en ont ras le bol de voir certains "Français de souche" comme on dit maintenant, ou appelez les comme vous voudrez, les regarder de travers dans le métro, la rue, les lieux publics, surtout s'ils sont plusieurs (tout de suite, les gens de la non-banlieue pensent : "voilà une bande de racailles"), leur lancer des regards froids, voire haineux, ou des regards appeurés (du genre "je planque mon sac à main" dès que j'en vois un à l'horizon), d'entendre les blagues débiles et franchement limites qui sont régulièrement faites sur les Noirs et les Arabes (et je serais prête à parier que s'ils ne rigolent pas, on a ensuite le culot de leur reprocher leur manque de "sens de l'humour"...), qui parfois se font même insulter, carrément, voire taper dessus, ça arrive, et qui en ont certainement ras le bol aussi de voir que quoi qu'ils fassent, ils ne seront de toute façon jamais considérés comme des Français à part entière. 
Eh bien tout ça, toute cette haine, tout ce rejet au quotidien (et en augmentation !) auquels ils doivent s'habituer, faute de mieux, et avec lesquels ils doivent apprendre à vivre, ça encourage le communautarisme (du genre : on est mieux si on reste entre nous) et ça peut aussi te démolir psychologiquement un gamin. Ou le rendre agressif et haineux. Au choix. 
Essayons de nous imaginer deux minutes devoir affronter, chaque jour, sans exception, des regards haineux ou glacials dans la rue, dans le métro, dans les magasins (celui là, c'est forcément un voleur...), vu qu'il y a tellement de monde dans les rues que ce serait presque miraculeux qu'il n'y ait pas au moins une ou deux personnes pour les regarder de travers dans le courant de la journée... A la fin, on serait pareils, on se dirait : "Mais quoi à la fin ?? qu'est-ce que j'ai fait ? J'ai rien fait, alors pourquoi il me regarde comme ça, celui la ??"
On parle, pour eux, d' "intégration", alors qu'ils sont forcément intégrés d'office, puisqu'ils sont nés en France, sont Français, et n'ont jamais été des émigrés !! 
Un jour, mon mari (mais il ne l'était pas encore à l'époque) et moi nous nous baladions dans Paris, et une femme noire qui avait l'air de chercher son chemin essaye d'arrêter un passant blanc pour lui demander un renseignement. Le mec la regarde de travers, vraiment un regard plein de haine et de mépris, puis il passe son chemin sans même chercher à savoir ce qu'elle veut. La femme avait l'air sous le choc. Evidemment on est allés la voir tout de suite. Bien sûr, on ne peut pas prouver que l'attitude du type était liée au fait que la femme était d'origine africaine, il est peut être comme ça avec tout le monde, mais il ne faut pas non plus être complètement naïf, de mauvaise foi, ou mettre la tête dans le sable. Ce n'est qu'un exemple, j'en aurais des milliers à raconter (mais après on va encore me dire que mes articles sont trop longs).
Ajoutez à cela la difficulté accrue pour les mecs du "neuf trois" de trouver du travail... Le risque est alors élevé, très élevé, de voir ces gosses choisir la mauvaise voie : traffic de drogue (ça rapporte tellement de fric), crime... 
Je cherche à expliquer les racines du problème, je ne cherche évidemment pas à trouver des excuses aux personnes qui décident (car on a toujours le choix de ne pas le faire) de dealer de la drogue ou de commettre des crimes.
Heureusement qu'ils restent très minoritaires, ceux qui, dans leur vie, décident de prendre le mauvais chemin, mais il suffit d'un groupe de délinquants bien organisés pour emm... tous les autres habitants d'un quartier. 
Le problème, donc, c'est que puisque rien n'a été fait en amont, à savoir ne faire subir à personne une vie de discrimination, de rejet, voire de haine, à partir du moment où certains de ces gamins ont choisi la voie de la délinquance, parce que c'était plus facile pour eux et parce que de toute façon ils ne croyaient plus en leurs chances, il faut bien faire quelque chose !

- De l'autre, du coup, des policiers dont le métier, tout à fait louable et honorable, est de faire respecter l'ordre et la loi (sinon on vit en anarchie), de combattre les crimes, les traffics de drogue, et d'assurer la sécurité de tout le monde. 
Un métier extrêmement difficile, dangereux, qui met ces gens en uniforme au contact de la violence, parfois d'une violence extrême, et où parfois, lorsqu'ils sont en intervention, ils risquent même leur vie. Et personne ou presque ne les plaint. Alors que franchement, on devrait, eux aussi, les plaindre. On oublie souvent qu'au delà de leur uniforme, ils sont comme tout le monde, ils ont des familles, des gosses à élever, peut-être aussi des fins de mois difficiles...
Mettons nous deux minutes à leur place. Ces mecs, leur quotidien, c'est aussi de se recevoir des flots de haine, de se faire insulter, cracher dessus. Je suppose que leur quotidien si difficile ne les encourage pas à la compassion envers les personnes qu'ils arrêtent, ou qu'ils cherchent à arrêter. Ils voient un mec dans la rue, décident (pour une raison ou une autre, bonne ou mauvaise) de contrôler son identité, mais ils ne savent pas à l'avance si ce mec est un délinquant ou une personne normale. Ils ne savent pas comment ça va se passer, et peut-être ressentent-ils une certaine appréhension ? J'espère pour eux que non, sinon il faudrait tout de même qu'ils envisagent de faire un autre métier. Ce métier, qu'on ne viennent pas me dire qu'ils s'y sont engagés sans savoir ce qui les attendait. Mais ils s'y engagent souvent par idéal, parce qu'ils ont vraiment à coeur de protéger les gens, et c'est tout à fait respectable.
Lorsqu'ils poursuivent deux gars qui ont volé une voiture et que, je sais pas, les mecs qui ont volé la voiture ont un accident de la circulation (forcément, ils devaient rouler trop vite pour leur échapper), et meurent (ou pas), c'est les policiers qu'on blâme désormais ! Euh... on vous a jamais expliqué, lorsque vous étiez petits, que ça ne se faisait pas, mais alors pas du tout, de voler une voiture ? Que c'était un délit ? Excusez moi, mais les mecs en question, s'ils n'avaient pas volé cette voiture, ils n'auraient pas été pourchassés par la police, donc ils n'auraient pas eu cet accident. C'est aussi simple que ça. 

Tout ça fait au final que je pense sincèrement qu'il y a du pêtage de plomb des deux côtés. D'un côté comme de l'autre, on accumule tellement de frustration, de rancoeur, voire de haine, qu'on finit par pêter un câble. C'est devenu un cercle vicieux. 

Les flics, dont les armes sont parfois plus petites que celles des délinquants, sont bien obligés de se défendre s'ils se sentent en danger, d'essayer de se faire respecter, Je pense même que certains policiers sont devenus haineux. Certains l'ont peut être toujours été. Alors, dans le feu de l'action, si je peux dire, le coup part, l'insulte est lancée, on se met à tirer sur une personne désarmée parce qu'on est devenu haineux ou qu'on a tellement peur pour sa vie qu'on ne se contrôle plus... 
Ajoutez à cela les conditions de travail de plus en plus difficiles pour la police, si l'on en croit les journaux, selon l'expression consacrée, et sans doute la paye ridiculement basse par rapport aux risques qu'ils prennent... bref, la bavure n'est pas loin, et la reconversion serait des plus souhaitables...

- Et finalement, une société dans son ensemble qui voit les choses par le petit bout de la lorgnette, et qui ne cherche pas à analyser en profondeur la situation, afin de lui trouver des solutions.

Donc, d'un côté des mecs "issus de l'immigration" qui se réfugient dans le communautarisme et rendent le rejet dont ils ont été victimes, parce qu'ils en ont ras le bol qu'on les considère comme "pas des vrais Français", qui ne sont pas traités avec le respect auquel ils ont droit, qui sont considérés d'emblée comme suspects par la police (et ils ont raison d'en avoir ras le bol), et de l'autre des policiers qui en ont ras le bol que la police ne soit plus respectée par certains, qu'on les prennent un petit peu trop souvent pour des cons, excusez le terme, et qui en ont marre d'en être au point où ils mettent désormais leur vie en danger lors de leurs interventions (et ils ont raison d'en avoir ras le bol).

Bon, maintenant, on fait quoi pour changer tout ça ? Je crois que le malaise est tellement profond que ça ne va pas être de la tarte pour changer les choses. Mais il faut essayer. Chacun a une part de responsabilité. 

La société dans son ensemble devrait déjà accepter de reconnaître que les immigrés, ou personnes appelées (jusqu'à la fin de leur vie, visiblement) "issues de l'immigration" n'ont jamais été accueillis chaleureusement en France, qu'ils n'étaient pas les bienvenus, qu'ils ont subi, et subissent encore, beaucoup de racisme, qu'ils ont été, et sont encore, discriminés, et qu'ils ne sont pas toujours traités avec le respect auquel tout être humain a droit. Déjà, le seul fait de le reconnaître, une bonne fois pour toutes, fera avancer les choses. 

Exemple : je discutais il y a trois ou quatre ans, à Paris, avec une femme qui tient (ou tenait, sais pas) un magasin, et qui me dit qu'elle en voulait à Giscard d'avoir autorisé le regroupement familial. Autrement dit, sans regroupement familial, le mec, il voit jamais sa femme, ni ses gosses, et les enfants sont séparés de leur papa. Si elle trouve ça humain, pas moi. Elle n'accepterait jamais ça pour ses propres enfants, alors pourquoi est-ce qu'elle trouve ça normal quand il s'agit d'un immigré ??

Pour en revenir à la police, il leur faudrait peut-être de meilleurs formations, y compris des formations à la relation policier-citoyen, sans doute aussi un salaire plus en rapport avec les risques qu'ils prennent, et puis il faudrait aussi qu'ils aient la possibilité de maîtriser un mec, aussi baraqué soit-il, sans être "obligés" de lui taper dessus et l'envoyer direct à l'hosto ! 

Et pour en revenir à Théo, admettons maintenant que le policier ne l'ait pas fait exprès et que ce soit un accident. Théo aurait donc cru que le geste avait été intentionnel. Faut-il pour autant le clouer au pilori comme je l'ai lu ici et là ? J'ai parcouru (très rapidement) twitter et j'ai lu des trucs vraiment ignobles à son sujet sous certains hashtags. 
Si le policier ne l'a pas fait exprès, est-ce pour autant normal qu'une interpellation soit si musclée, ou si violente, que la personne interpellée soit gravement blessée et doive subir des opérations chirurgicales ? N'est-il pas possible que la police française contrôle les gens de façon un peu plus calme, en évitant toute forme de violence ? Peut-être suis-je naïve, et c'est impossible avec certaines personnes, mais je suis sûre que la violence n'est pas nécessaire avec tout le monde.

C'est un truc typique en France de contrôler les gens. Même si on sait que le délit de faciès est souvent appliqué, théoriquement, tout citoyen, quelque soit sa couleur de peau, son origine... peut être contrôlé, et à n'importe quel moment. C'est pas agréable, ça ne contribue pas à instaurer un climat de confiance entre policiers et citoyens sans uniformes, mais malheureusement c'est comme ça. Alors les gens qui ont fait remarquer, sur Internet, que lorsqu'on subit un contrôle d'identité, on montre ses papiers sans protester, on dit "oui monsieur l'agent", "bien monsieur l'agent", n'ont pas tout à fait tord non plus...

Si le policier l'a réellement fait exprès, alors ça signifie, déjà, qu'il est complètement dingue, et que la police des polices s'est plantée dans son verdict, mais en plus ça signifie qu'à cause de cette erreur de jugement, Théo n'obtiendra jamais complètement justice, même si les policiers sont condamnés à quelque chose, et ça c'est très, très grave aussi. 

Quelque soit le caractère volontaire ou non de la blessure qu'a subie Théo, le fait même que ce jeune homme ait été envoyé à l'hôpital en sang, et qu'il ait dû subir des opérations chirurgicales, à la suite de ce qui aurait dû être un "simple" contrôle d'identité (mais combien en subit-il chaque mois ?) est totalement anormal et mérite d'être très sévèrement sanctionné. 

Je ne m'étendrai pas sur les horreurs que j'ai lues à son sujet sur Internet en général ou les réseaux sociaux en particulier. Je les ai évoquées plus haut. Ce qu'on peut y lire est absolument immonde de racisme et de crétinisme.

Je vais finir par croire, si ça continue comme ça, qu'il faudrait malgré tout un minimum de surveillance et de régulation de ce qui se dit (et de qui le dit) sur les réseaux sociaux et Internet en général, parce que laisser s'exprimer ainsi, ouvertement, sans aucun complexe, une telle haine, une telle ironie, mais aussi, aussi incroyable que cela puisse paraître, tant de moquerie, concernant un jeune homme qui va peut être conserver des séquelles à vie de ses blessures, et sans doute aussi un profond traumatisme psychologique, c'est aussi criminel que les actes que les délinquants, quels qu'ils soient et d'où qu'ils soient, peuvent commettre, et qui sont, eux, réprimés par la loi.

Je croyais que le racisme et les appels à la haine étaient des délits ? Alors pourquoi laisse-t-on faire ceux qui commettent ces graves délits ? Et pendant ce temps là on va aller demander, du matin au soir, à des mecs (qui, pour certains, ont bel et bien commis des délits, mais qui, pour d'autres, n'ont rien fait du tout) de présenter leurs papiers, sur la seule base de leur couleur de peau ou leur origine. 

Je ne comprends pas qu'au nom de la liberté d'expression, on tolère sur Internet de tels appels à la haine. On a complètement renversé les valeurs de la société en faisant cela. Pouvoir cracher sa haine en toute liberté et impunité est devenu plus important aux yeux de la société que le bon sens de vouloir traiter chaque personne avec respect, afin que nous puissions continuer (mais pour combien de temps encore...) à vivre ensemble dans les meilleures conditions possibles. 

Au nom de quoi sommes nous, tous, obligés de subir un Internet où règne désormais la haine, le racisme... ?

Si on ne change pas cet état de choses de toute urgence, ça ne présage malheureusement rien de bon pour l'avenir... 

J'ai donc une pensée très émue et très chaleureuse pour Théo, et j'espère du fond du coeur son prompt rétablissement. J'ai également une pensée pour sa famille, et sa soeur que j'ai vue sur TV5 et qui visiblement retenait courageusement son émotion. Je l'ai trouvée très forte (sans parler de la dignité dont Théo a fait preuve). Ce n'est pas facile de rester forte dans de telles circonstances. Mais peut-être n'a-t-elle tout simplement pas le choix...